Galerie

blanc

(r)évolution

Dans la profondeur de l’image qui n’existe pas, on peut atteindre la possibilité de sculpter. Sans toucher à la matière, le corps fixe se déforme, devient monstrueux, élastique, aux antipodes des stéréotypes de beauté hygiénique.
La déformation, qui tend vers la suggestion de corps monstrueux, évoque le corps de l’Autre comme projection possible de soi.
Ces photographies montrent aussi un côté transitoire de l’être humain. L'animalité qui se révèle rapproche ces personnages du mythe du satyre.

Six photographies argentiques couleur,
50 x 50 cm, 1999-2000

rev6v
rev
  rev3v
rev4v
  rev10v
rev11v